L'Etranger

ça va

Ces derniers jours, alors que je fais un effort pour être heureuse l’après-midi, le soir je retombe dans la mélancolie. Je regarde le plafond et je me dis que non, jamais je ne serais aussi heureuse et aussi malheureuse que ces mois passés à Paris.

Mon père m’appelle ce soir car il a peur que je ne sois pas à la maison en son absence ou que je fasse une connerie.
Ma mère ne voulait pas que je monte à Paris en son absence de peur que j’invite des gens chez elle.

En avril je suis censé retourner à Paris, j’en ai parlé avec elle, elle est d’accord.

Je n’ai pas envie de Paris, je haie Paris. Pourquoi j’y retourne ?

Vous savez demain je me lèverais car de toute manière ça ne sert à rien que je ne le fasse pas, mais pourquoi je tourne en rond comme ça ?

Bien à vous, bien à moi.