L'Etranger

Effort d'intégration

Hier j’en ai entendu des vertes et des pas mûres, tout a commencé quand je suis allé rejoindre deux amies en ville que je n’avais pas vu depuis longtemps. J’ai émis la proposition d’aller en boîte le soir même mais en guise de réponse j’ai eu une explication des plus bizarre.

''En faite [mon prénom] on ne peut plus aller dans cette boîte car on a eu beaucoup de problème avec le videur. Pendant une période avec Mélissa on allait dormir toute les nuits chez lui car c’était le copain d’une amie à nous, seulement un jour ma mère qui travaille au palais de justice à demandait à un homme qui y travaille si à [ma ville natale] il y avait des délinquants. Et cet homme lui a expliqué que oui, en précisant à la fin que d’ailleurs aujourd’hui il y aurait une descente. Il a clairement dit à ma mère qu’en ce moment plusieurs personnes étaient sur écoute et il a cité le videur, notre copine, l’entourage et à la fin il y a eu le prénom de moi et Mélissa. Ma mère a paniqué et n’a pas dit sur le coup que j’étais sa fille et le mec à continuait en disant qu’apparemment ce videur était celui qui fournissait tout les petits dealeur et qu’en plus ce serait un meurtrier. Donc ma mère est revenu à la maison pour nous dire ça et moi j’ai de suite appelé la copine du videur pour l’a prévenir qu’il y aurait une descente apparemment dans la journée, mais il fallait pas paniqué comme nous, on avait rien fait, on est pas dealeuses. Et cette pote a paniqué en disant qu’il fallait absolument qu’elle prévienne son copain pour qu’ils partent vite fait, mais moi je lui ai dit qu’il fallait pas qu’elle fasse ça car sinon ma mère aurait des problèmes et qu’en plus avec ce qu’elle avait appris sur son copain il valait mieux qu’elle le quitte ! Donc un peu plus tard ce mec a demandé à me voir mais j’ai refusé en disant que je devais plus m’approcher de chez lui comme j’étais sur écoute. Seulement mon frère est venu chez lui et il m’a trahit ! Il m’a appelé en me demandant tout ce que je savais sur ce type et moi j’ai tout déballé, seulement je ne savais pas que j’étais sur haut-parleur ! Finalement il n’y a pas eu de descente chez moi et Mélissa, mais le type a dit à ma pote qu’il ne fallait pas qu’elle nous parle car on était de mauvaise fréquentation… Et depuis on ose plus ce pointer dans cette boîte."

En entendant l’histoire je me suis dit qu’il y avait une base véridique mais que trop de détails ne collaient pas. Je veux dire qu’il est clair que si la police savait qu’il y avait un meurtrier à [ma ville natale], il le laisserait pas vivre sa petite vie tranquille, ni travailler. Après qu’il soit le fournisseur des petits dealeurs du coin, j’y crois assez. Car c’est impossible que ce soit un meurtrier car déjà il est jeune donc s’il avait eu des années en prison, a mon avis il ne serait pas encore sortis et il deviendrait pas bientôt le propriétaire de cette boîte de nuit avec son casier judiciaire.

Bref, j’ai essayé d’énoncer mon avis en disant que ce n’était pas possible mais j’ai eu direct un cinglant ''mais si je t’assssuuurrre !''.

La suite de l’après-midi était sympas mais le soir bah elles m’ont traînés chez deux amies a elles et c’était catastrophique. J’ai fais un effort quand même, mais je crois que je suis vraiment pas du même milieu que ces filles. Je parle pas en terme physique, même si j’avoue ne pas avoir les mêmes pratiques, je peux sortir sans contouring, d’ailleurs j’ai jamais testé ce truc. Non, je parle en terme d’autres termes, celle de l’attitude, du comportement vis à vis des autres, de leurs discutions enfin globalement leur mode de vie. Je dis certainement pas que la mienne est meilleure, c’est juste que la leur ne me corresponds pas.

Donc la soirée se fut ce trimbaler d’appartement en appartement, dans un unique but, aller chercher du shit chez un petit dealeur qui se croyait peser à l’autre bout de la ville. La soirée aurait pu être bien car dans le fond en faisant ça on buvait et on discutait mais je vous assure que c’était pourtant loin de mes habitudes. Les discutions tournaient principalement autours de leurs problèmes de couples (pas à mes deux amies mais aux deux autres filles que je ne connaissais pas) et de leurs physiques. Après elles buvaient et se retrouvaient torchés d’un manière incroyable, j’étais pour ma part, pas un poil bourré.
En suite pendant que l’une allait dire bonjour à d’autres amies dans un autre appartement, nous poireautions 40 min dans un appartement à ce faire chiez.

Une fois revenu on est allé au point de rendez-vous avec le dealeur et leurs réactions m’ont assez étonné… C’était une habitude pour elles mais elles sacralisaient la chose, une fille devait y allait et les autres devaient se cacher. Avec ce comportement j’avais plutôt l’impression que ce mec était vu comme un tueur a gage, enfin ça m’a pas mal fait rire, après c’est sûrement une conséquence des petites villes ? Ou alors rien avoir, juste la réaction de filles qui n’ont rien de plus excitant à faire de leurs vies alors elles sacralisent la chose, histoire de pouvoir en parler jusqu’à la prochaine.

Après cela on roule, en écoutant toujours les histoires de ces deux filles, elles pleuraient à tour de rôle je dirais presque. Bon là j’avoue que leurs histoires n’étaient pas des plus plaisante et peut être que je ne suis pas assez réceptive pour les comprendre. Bon je vais essayé de faire le topo tout de même :

La première surveillait son copain qui habite dans le Nord, comment ? En ayant créer un faux compte snapchat pour observer ce qu’il faisait. Et hier, attention, le drame. Il lui avait dit qu’il allait chez sa tante et cette fille se rends compte qu’il est en faite en boîte. Donc pour elle, s’en est trop et elle le quitte.

La deuxième c’est beaucoup plus compliqué et dramatique je dirais.. Elle est fiancé à un homme qui l’a bat, il l’insulte a tout bout de champs, lui fait payer entièrement les courses, il l’empêche de voir ces amies, il veut qu’elle reste enfermé à la maison pour faire la cuisine et l’attendre sagement. Quand ils font l’amour elle pleure, il le voit et il continue sans en être affecté. Je trouve sa situation horrible, tout le monde ne cache pas son inquiétude pour elle, ces amies lui sont de bon conseil, elle écoute, elle est d’accord dans le fait qu’elle doit le quitter, mais rien à faire, elle ne peut pas. En écoutant son histoire je me suis dis que la seule solution pour serait qu’elle aille vivre dans une autre ville, enfin elle arriverait à le quitter vraiment. Car à [ma ville natale], elle a peur qu’il s’en prenne à ces amies, ce qui est déjà arrivée. Son histoire est déroutante et son manque de réaction me déroute encore plus malgré que je l’a comprenne.

En rentrant ces filles étaient complètement défoncés, moi j’étais étonné de ne pas l’être, j’ai l’impression qu’ici les rôles s’inversent avec Paris, d’habitude c’est moi qui cane que ce soit niveau alcool ou drogue.
Mais c’est vrai que ce n’est pas la même chose, à Paris je buvais une bouteille entière de Jager avec du rosé et les joins de K, étaient vraiment trop chargé, je les supportais pas.

Dans le tas je n’aime pas ces filles (à part mes deux amies), je ne me sens pas mieux qu’elles car je n’ai vraiment pas de quoi l’être, mais quelque chose ne passe pas, leur mode de pensée, ce qu’il manque c’est qu’elle ne m’apprenne rien, ne m’apporte rien. Les conversations sont inutiles et vides de sens.

Bien à vous, bien à moi.