L'Etranger

L'échec anticipé

Depuis quelques temps je me dis que je serais surement plus heureuse en m’assumant, comme au lycée où je soulignais ma différence, seulement à l’époque j’étais heureuse de penser différemment.
Les limites ce n’est vraiment pas pour moi, j’aimerais assumer pleinement mes pensées et mes opinions, je pense que c’est également pour cela que j’ai du mal à prendre des décisions, je me demande à quel titre je dois les prendre, selon mon propre chef ou selon celui que je me suis construis pour les autres.

Malheureusement je me demande où j’ai le droit d’exister, dans mes cours ifsi on nous répète qu’il ne faut pas aborder le négatif pour l’oral, on ne doit rien aborder de personnel, notre personnalité doit être l’assurance, la confiance en soi, l’aisance avec les gens, la responsabilité, on ne doit pas être lunatique, instable psychologiquement, réservé…
Je ne me sens clairement pas à la hauteur, la seule option qu’il me reste c’est de me formater à ce métier, oublier mon passé, mes idées, oublier qui je suis.

Personnellement j’ai toujours envie d’être infirmière, je m’imagine que je serais confiante dans les soins techniques, respectueuse envers les patients, pas forcément la plus chaleureuse mais compréhensive, intuitive et investie. Je pense que ça me stabiliserait d’avoir la responsabilité des autres, on me répète qu’il faut d’abord savoir s’occuper de soi-même avant les autres, mais je ne suis pas d’accord, je me plaît à penser qu’on peut donner le meilleur de soi aux autres.

Bien sûr en parallèle, je peux peut être changer ma personnalité plus positivement, en évitant de regarder des films dramatique mais plutôt comique, en mangeant avec les filles de ma prépa plutôt que seule dans un parc, en cherchant le positif chez les autres, en évitant tout mes comportements dangereux et en continuant mes séances au cmp.

Mais pour moi ça sonne faux.

D’ailleurs vendredi, l’infirmier m’a posé des questions sur mes relations amicale, au final il en a déduit que j’aimais peut être les femmes (mes amies), car il m’a demandé si je n’avais jamais était attiré sexuellement par elles, j’ai répondu que non.

Il m’a également dit qu’il fallait que j’apprenne à aimer mon corps, qu’en exercice je devrais me caresser dans mon bain, enfin je ne trouve pas ça hyper pertinent.

Ces temps-ci je pense encore à Kenny, c’est ennuyant, Sarah travaille maintenant dans une boîte de nuit, elle aurait croisé Florian qui voulait de mes nouvelles. Il avait aussi reprit contact avec moi par sms pendant les vacances, je me demande quoi faire de son intérêt, m’en servir pour coucher avec lui ou laisser tomber. De toute manière je n’ai pas réellement envie de coucher avec lui, la dernière fois il m’a forcé la main pour, ça m’a blessé.

Ce soir toute la classe de prépa sort boire une verre ensemble, je n’y suis pas, je me suis posé la question d’y aller quand même, mais je n’en ai pas trouvé l’intérêt.

Bien à vous, bien à moi.