L'Etranger

Suite clinique

Clinique jour 12 :

Une rencontre s’est organisée entre mon père et la psychiatre, j’étais présente, je peux dire maintenant, exactement quel est mon problème : je suis phobique sociale en groupe dans des lieux clos.

Je suis contente d’avoir un diagnostic étant donné que je divaguais assez loin, en m’imaginant être bipolaire voir schizophrène. J’ai pu rencontrer une femme bipolaire ici, ça m’a vraiment troublé, elle m’a dit que dans ces périodes dépressives, elle pouvait à tout moment se jeter sous un bus ou une voiture.

Au final, je suis plus sereine, je sais que l’hospitalisation ne peut m’apporter que du positif et que surtout, je ne pouvais pas continuer comme ça. Je n’arrive pas à envisager mon futur, ici ils m’ont remis en question le choix de ma prépa, c’est vrai que je ne suis plus sûre de vouloir exercer ce métier là, après ça dépendra si je suis phobique aiguë ou chronique.
Peut-être je devrais quand même effectuer mes concours, histoire de rassurer mon père, qu’il ne pense pas avoir payer une prépa à 2000 euros pour du beurre.

Mon emploie du temps à quelque peu changer, je passe beaucoup plus de temps avec Qendrim, il est très gentil mais je vois bien qu’il me charme. Je pense que ça casserait quelque chose entre nous d’être trop rapprochée.. Je n’en ai pas envie, mais il tente, déjà en me demandant de lui faire la bise de plus en plus souvent, en collant ces épaules, ces bras contre les miens. Je vois clairement un rapprochement qui.. m’excite sur le moment mais me répugne sur la longueur.

Je ne sais pas si c’est l’effet des médicaments mais je pense beaucoup moins, ce matin j’avais l’air d’un rat lobotomisé devant la psychologue, elle me l’a même dit.
Elle m’a fait raconter ce matin, mes mésaventures avec la drogue, mon œdème de Quinte, mon coma éthylique, j’ai aussi raconter les nombreux hommes qui ont abusés de moi jusqu’à mon oncle qui a attouché ma sœur puis parti en prison pour viol sur mineur quelques années après.
Elle est aussi remontée dans ma généalogie polonaise, pour voir si mon père avait des attitudes culturelles plutôt que de mauvais comportement.

Je vous explique lors de l’entretien il a acquiescé à tout ce que disait la psychiatre mais derrière il m’a dit que je jouais la comédie..

Je ne sais pas quoi penser à tout ça, en vérité je ne pense pas, je me dis juste encore et encore que haie les gens particulièrement les hommes, pourtant j’exprime de la tendresse envers eux, oui même encore.

J’ai vraiment l’impression d’avoir perdu mon esprit, mon être, ce que je suis, la seule chose dont j’ai encore envie c’est du sexe, une chose primaire et dégueulasse. J’ai juste envie de rentrer chez moi pour retrouver mon vibro ou ma brosse à dent électrique, encore faut-il que mon père me laisse seule un moment à la maison. Puis d’envoyer des photos perverses à cet homme dégueulasse qui souhaite me soumettre, si seulement il savait que je suis en clinique, il aurait peur et me laisserait sûrement tranquille ou bien viendrait me harceler..

Ce soir Qendrim avait ces angoisses, il y a peut être des choses que je n’aurais pas dû aborder avec lui, je m’en veux.. Il attend de voir un médecin là.. Après ça n’a peut-être rien avoir avec moi, il anticipait beaucoup pour demain.. Il ne veut pas revoir son père, ce que je comprends, il a une tendance à être un pervers narcissique. J’espère que ça ira mieux pour lui, je me dis que j’aurais dû agir autrement avec lui et parler moins de moi.

Bien à moi, bien à vous.